Travail : l’ère de la quête de sens

Start

Alors que la France connaît aujourd’hui une pénurie de profils ingénieurs sans précédent, et que les derniers mois ont été marqués par les « pas de côté » médiatiques de certains jeunes talents, certains illustrent, par leurs parcours et leur volonté de concilier leur métier et leur passion, les attentes d’une nouvelle génération en quête de sens. Il s’agit d’une nouvelle vision de l’équilibre pro / perso qui tend vers une nouvelle génération de travailleurs, notamment d’ingénieurs, comme l’explique dans cette tribune Benoît Thouvenin, Directeur agap2 France, traçant ainsi le portrait-robot d’une nouvelle génération d’ingénieurs.

Près de 40 000 jeunes ingénieurs, toutes formations et spécialités confondues, ont intégré le monde du travail à la rentrée 2022 (1). Pour eux, pas de chômage en vue. Selon la dernière enquête de la Conférence des Grandes Ecoles (2), plus de 80% des jeunes diplômés des Ecoles d’Ingénieurs ont une proposition d’embauche moins de deux mois après leur fin d’études.

Pour ces étudiants, choisir de devenir ingénieur, c’est donc toujours s’assurer un avenir professionnel prometteur. Même peut-être plus encore qu’avant, quand on sait que la France connaît actuellement une grande pénurie d’ingénieurs, et qu’il faudrait, selon la fédération Syntec Ingénierie (1), en former 10 à 20 000 de plus par an pour répondre aux besoins de notre économie. Mais malgré ce contexte de tension du marché de l’emploi, créateur d’opportunités pour les jeunes ingénieurs, de nouvelles aspirations modifient les trajectoires de carrière. Voici le portrait-robot d’une nouvelle génération d’ingénieurs.

Passer 40 ans dans la même entreprise, ça ne fait plus rêver

Il est loin le temps où le rêve des jeunes actifs consistait à intégrer le plus vite possible un grand groupe et à y réaliser toute sa carrière. Un goût du changement particulièrement présent chez les jeunes ingénieurs, pour lesquels les propositions de postes ne manquent pas, et qui se « font chercher » plutôt qu’ils ne cherchent du travail. À tel point que l’emploi devient parfois un objet de consommation comme un autre, avec une obsolescence programmée, au gré des opportunités.

Les postes de consultants répondent bien à ce besoin de flexibilité et de nouveauté ; c’est sans doute une des raisons qui explique pourquoi 25% des jeunes ingénieurs démarrent ainsi leur carrière, selon la dernière enquête de la Conférence des Grandes Ecoles (2). Des postes qui leur garantissent une grande diversité de projets sans avoir besoin de changer d’employeur et de multiplier les périodes d’essai.

Une réalité vérifiée dans l’entreprise de Benoît Thouvenin, où un consultant change en moyenne de projet tous les 15 mois, et où près de 200 nouveaux projets démarrent chaque mois, de l’aéronautique à l’énergie en passant par les transports ou le numérique. Une diversité d’opportunités qui se révèle souvent plus difficile dans un groupe industriel.

Why not enjoy unlimited reading of UP'? Subscribe from €1.90 per week.

Concevoir le monde de demain oui, mais s’il a du sens

Devenir ingénieur, c’est aussi croire en la technologie comme levier de changement, et être animé par la volonté d’inventer les solutions aux problèmes de notre monde. Et de problèmes à solutionner, nos générations n’en manquent pas, avec les transitions majeures en cours sur l’énergie, le numérique et l’industrie, le tout sur fond d’urgence climatique et environnementale.

Ces enjeux animent bien sûr les jeunes ingénieurs, et ont d’ailleurs amené certains récemment à médiatiser leur volonté de faire un pas de côté avec le modèle de carrière qui leur est aujourd’hui proposé. Nous devons prendre en compte ces signaux.

Et même si, aujourd’hui comme hier, les solutions pour sauver la planète dépendent en partie de la technologie et des ingénieurs qui vont l’inventer, nous devons, pour ne pas faire de ces jeunes ingénieurs une génération désabusée, changer nos modes d’organisation, nos modes de vie et nos habitudes.

Les projets industriels de demain devront proposer plus d’engagement citoyen, plus d’agilité et plus de proximité, pour motiver celles et ceux qui y participent, sur des cycles courts, en phase avec leurs attentes, et pour faire de chacun un maillon essentiel de la chaîne d’innovation.

Ici aussi, le modèle des sociétés d’ingénierie pourra inspirer les acteurs de l’industrie. Car poussées par l’exigence des acheteurs et la forte concurrence sur le marché, elles sont obligées d’être constamment à l’écoute, de changer rapidement, de toujours proposer des modes d’organisation plus innovants.

C’est aussi une des raisons pour lesquelles elles mettent la RSE en point d’orgue de leurs dispositifs de recrutement et de fidélisation de talents. Nous aurons plus que jamais besoin d’ingénieurs dans les années à venir. Mais nous devons également accompagner les nouvelles aspirations de la génération des jeunes entrants, et savoir réinventer, voire ré-enchanter le métier, pour faire des ingénieurs de demain les pionniers pour résoudre les grands défis humains, écologiques, énergétiques et économiques de notre époque. 

Transformer ses passions en projets de vie – Exemple de Tilise Boisseron

Tilise Boisseron

Dès l’enfance, Tilise Boisseron est animée par deux centres d’intérêts bien différents. D’un côté, le basketball, passion sportive dont elle hérite de ses parents, tous deux joueurs et coachs, et qu’elle pratique dès ses trois ans. De l’autre, le modélisme, passion créative, où, loin des loisirs classiques des petites filles de son âge, elle aime concevoir, assembler, fabriquer, des maquettes. Deux passions qui construiront sa personnalité et ses choix d’orientation.

Evoluant très tôt à haut niveau dans sa pratique du basketball, Tilise intègre à 14 ans le Pôle Espoir régional de  Voiron (38). Mais une blessure lui fait prendre conscience de la fragilité d’une carrière sportive, et elle prend alors une décision : mener de front carrière sportive et études, pour sécuriser son avenir.

Toujours attirée par la conception / fabrication, elle choisit au lycée la filière sciences de l’ingénieur. Ce sont ses cours de mécanique, avec un professeur passionnant, qui motiveront son choix d’études. Et aussi un brin d’orgueil, pour faire mentir une prof de maths qui répétait à sa classe que les filles sont nulles pour se positionner dans l’espace et concevoir des produits !

Mener de front ses deux carrières, telle est l’ambition de Tilise. Son BAC S – Science de l’ingénieur en poche, et toujours en sport étude basket par ailleurs, Tilise poursuit ses études en DUT mécanique et productique à l’IUT de Grenoble puis à l’INSA Lyon, pour préparer un diplôme d’ingénieur en génie mécanique, cette fois-ci en alternance.

To fight against disinformation and to favour analyses that decipher the news, join the circle of UP' subscribers.

Elle intègre alors le groupe ARaymond, spécialiste dans la conception de pièce de fixation notamment dans le secteur automobile, en tant qu’ingénieure mécanique et seule femme dans une équipe de dix personnes. Trois années à un rythme fou, durant lesquelles Tilise enchaîne ses cours, son alternance et ses entrainements quotidiens au sein de l’équipe de basketball de Meylan (38), qui évolue en ligue 2 (LF2) depuis 2019.

En septembre 2021, fraichement diplômée de l’INSA Lyon, Tilise décide de tester une année dans une seule de ses vies, le basket. Une année de grande réussite puisque son équipe décroche cette année-là le titre de Vice Championne de France. Mais même si elle apprécie pouvoir, pour la première fois de sa vie, se concentrer à 100% sur un seul projet, cette année dédiée à son sport la confirme également dans l’idée qu’elle s’épanouit mieux avec deux casquettes qu’une seule.

Le basketball comme la mécanique font partie de mon ADN. Chacun de mes deux projets de vie apporte à l’autre. Le Basket m’a enseigné l’esprit d’équipe, la rigueur, le dépassement de soi et la gestion du stress. En tant que femme ingénieure dans un secteur encore majoritairement masculin, on doit redoubler d’effort pour que l’on nous entende, que l’on nous écoute et que l’on soit prise au sérieux. Ces qualités, je les mets tous les jours à profit en entreprise pour faire valoir mes idées. » she explains.

Au printemps 2022, elle rejoint donc les équipes agap2 Grenoble en tant que consultante ingénieure mécanique et intègre un bureau d’études mécanique pour un projet autour du rétrofit de machines pour le secteur aéronautique.

Un choix d’entreprise mûrement réfléchi, et qui nécessitait de trouver un employeur ouvert à adapter son mode de travail à ses « deux vies ». Une agilité via un aménagement particulier de son planning afin de lui permettre de poursuivre en parallèle sa carrière d’ingénieure, et de basketteuse.

Une « double vocation » artistique et scientifique – Exemple de Antoine Lorenzon alias Lhody, Ingénieur, Artiste et Engagé, lauréat du programme agap2dream

Antoine Lorenzon

Antoine Lorenzon est de ceux que les passions animent depuis son plus jeune âge. Artiste dans l’âme, il nourrit très tôt l’envie de créer des textes, et publie un premier recueil de poésie à 17 ans, avant de composer les mélodies qui feront de lui un artiste complet – auteur, compositeur, interprète.

En parallèle, Antoine suit un parcours académique d’excellence. Titulaire du Bac à 15 ans, il poursuit des études de physique fondamentale à l’Université de Tours, avant d’intégrer l’Ecole des Mines de Nantes, où il obtiendra son diplôme d’ingénieur à 21 ans, en 2018. Il termine son cursus par quelques mois à l’école Polytechnique de Milan, où, en parallèle de ses cours, il décroche sa carte officielle d’artiste de rue, lui permettant de se produire devant les lieux les plus magiques de la ville, comme la place Duomo ou le Château.

En 2018, il s’envole pour la Nouvelle Calédonie pour réaliser son stage de fin d’étude dans une entreprise spécialisée dans l’urbanisme et le bâtiment durable. Une année en forme de voyage initiatique, alliant épanouissement professionnel sur des projets passionnants, entre la brousse et les îles, et épanouissement artistique, au gré des rencontres et des concerts dans les restaurants locaux.

Une « double carrière » en construction : en 2019, Antoine débute sa carrière professionnelle chez agap2 à Nantes, en tant qu’ingénieur consultant – Responsable d’étude construction de cuisine pour les chantiers de l’Atlantique. Une première mission riche d’apprentissages, qui confirmera son envie de poursuivre comme Ingénieur Consultant, pour multiplier les expériences et les rencontres.

En parallèle, ses projets musicaux s’accélèrent, et Antoine, sous le pseudo Lhody, est à la recherche de fonds pour réaliser son rêve d’enfant : sortir un album. C’est dans ce contexte qu’en 2021, poussé par son manager, il postule au programme agap2dream. Il en sera l’un des trois lauréats, et concrétisera son projet grâce à l’accompagnement de ce programme qui financera l’enregistrement, le tournage de clips et la promotion de « Messages », son premier album.

Poussé par son éternelle quête de sens, et en écho à cet album qui livre un message de bienveillance, de solidarité et d’espoir, Antoine monte un partenariat avec l’association Enfant bleu, qui lutte contre la maltraitance des enfants. Pour eux, il organise des concerts de soutien en ligne réunissant d’autres artistes pendant les confinements, et reverse un tiers des recettes de son album.

For him, " Ce projet, c’est l’aboutissement d’un rêve. J’ai toujours été convaincu que les différents univers qui me font vibrer au quotidien pouvaient s’imbriquer. agap2 m’a permis de réaliser mon projet. Je conseillerais à tout ingénieur de débuter sa carrière dans une entreprise qui écoute ses salariés et qui les pousse à développer cet équilibre personnel-professionnel. "

Antoine poursuit aujourd’hui sa « double carrière ». La semaine, il est ingénieur consultant chez agap2 à Lyon, en charge de projet BTP autour de la rénovation énergétique dans le bâtiment et la transition vers des bâtiments plus durables. Le week-end et les vacances, il est Lhody, artiste accompli.
Retrouvez toutes les actualités de Lhody (dates de concerts, clip, …) sur https://www.lhody.fr/

 Une « Géo Trouvetou » créative et ingénieuse – Portrait de Marine Moine

Marine Moine

Marine fait partie de ceux qui voient dans un simple objet, mille fonctions. Créative et touche-à-tout depuis son plus jeune âge, elle s’essaie au dessin, à la peinture, au piano, à la pyrogravure, à la sculpture, et développe un goût prononcé pour les sciences et la transformation d’objets en tous genres.
Née dans les années 90, elle fait également partie des premières générations de « geek ». Plutôt introvertie, Marine découvre les plateformes vidéo en ligne au collège, et y voit un canal de communication intéressant pour partager ses nombreuses passions. Mais, confrontée à la cyber violence, elle les quitte finalement au lycée, pour se concentrer sur ses autres passions, offline.

Un parcours académique exemplaire : BAC S en poche, son entourage, témoin de l’agilité avec laquelle Marine parvient à créer ou réparer toute sorte d’objets, lui conseille de poursuivre une voie à la fois manuelle et intellectuelle. C’est ainsi que Marine intègre l’lUT packaging de Reims puis, poussée par ses professeurs, une licence pro, et enfin, l’ESI Reims, 1ère école de packaging d’Europe.

Après de nombreux stages, lui permettant d’appréhender le packaging sous toutes ses coutures (R&D, qualification de matériaux, qualité, durabilité) et de confirmer son intérêt pour ce secteur atypique, Marine choisit de rejoindre, après sa diplomation en décembre 2018, le cabinet de conseil en ingénierie agap2, en tant qu’ingénieure coordinatrice packaging dans le secteur de la santé.

Marine explique : « Lorsque j’ai été diplômée, j’ai fait le choix de m’orienter vers le consulting car en tant que jeune professionnelle, j’avais besoin de pouvoir varier les projets, emmagasiner un maximum d’expériences. C’était pour moi également un gage de stabilité, d’intégrer une entreprise en CDI, tout en multipliant les projets, pour m’épanouir et assouvir ma curiosité. "

Echaudée à l’adolescence par ses premières expériences sur les plateformes vidéo, Marine n’en reste pas moins une geek dans l’âme, joueuse de jeux vidéo depuis son plus jeune âge. Elle décide donc, en 2021, de reprendre du service, en lançant sa chaîne de streaming sur Twitch.

Alors que sa communauté grandit, certains, parmi ses abonnés, se mettent à lui faire des dons, comme le veut l’usage sur Twitch. Une coutume dont Marine se dit rapidement qu’elle pourrait la mettre à profit d’une œuvre caritative. Très sensible depuis toujours à la cause animale, elle se rapproche alors de HandiCats, association qui vient en aide aux chats malades ou handicapés.

Pour renforcer son engagement auprès de l’association, Marine candidate en parallèle au programme agap2Dream, dispositif qui invite les collaborateurs agap2 à partager leurs projets humanitaires, sportifs, artistiques ou associatifs, et qui permet, chaque année, à trois d’entre eux, d’être soutenus financièrement par l’entreprise.

Lauréate agap2Dream 2022, Marine a aujourd’hui pu lancer sa campagne de dons sur Twitch, et s’engage à reverser 80% des dons reçus lors de ces sessions de Stream à l’association (les 20% restant servant à améliorer / renouveler son matériel informatique) ; agap2, de son côté, doublera les fonds récoltés par un don complémentaire à l’association. L’objectif de Marine est de récolter a minima 3 000 euros, soit l’équivalent des frais médicaux moyens pour les soins d’un chat en situation de handicap.

Aujourd’hui, à travers notamment ces exemples, les questionnements sur le sens du travail n’ont jamais été aussi nombreux. La pandémie a provoqué un débat sur les travailleurs « essentiels », qui sont pourtant moins payés et considérés que les « premiers de cordée » et a conduit 11 millions de salariés au chômage partiel. Quant à la crise écologique, elle impose de réorienter nos emplois. À l’heure où le management par les chiffres a envahi le secteur privé comme la fonction publique, il est crucial de s’interroger sur le contenu et la finalité de nos activités professionnelles. Il fut un temps où l’on cherchait avant tout à occuper un emploi. Aujourd’hui, il se pourrait bien que la priorité soit donnée au sens du travail. C’est là que se produit actuellement une révolution, guidée par les nouvelles exigences sociales et les défis écologiques (3).

La crise énergétique se répercute à tous les niveaux de la société, contraignant les populations à repenser leurs usages du quotidien. Et, en temps de crise, des opportunités apparaissent toujours en matière d’innovation. Mais à l’heure où les projets de décarbonation des consommations énergétiques se multiplient, où des solutions alternatives au gaz, au nucléaire ou au charbon doivent émerger, les professionnels du secteur peinent à recruter et auront besoin, d’ici 2030, de compter parmi leurs effectifs entre 10 000 et 15 000 ingénieurs supplémentaires.

(1) Interview de Pierre Verzat, président de Syntec-Ingénierie par Studyramag en février 2022 : https://www.studyrama.com/formations/filieres/ecoles-d-ingenieurs/on-ne-forme-pas-assez-d-ingenieurs-en-france-interview-109209
(2) Enquête emploi Conférence des Grandes Ecoles juin 2022 : https://www.cge.asso.fr/publications/2022-06-15-cp-enquete-insertion-cge2022/
(3) Livre « Redonner du sens au travail : une aspiration révolutionnaire », de Coralie Perez, socio-économiste – Edition du Seuil, septembre 2022

To go further :

  • À l’occasion de la Journée internationale des femmes de science, la Cité des sciences et de l’industrie organise un week-end entier autour des femmes ingénieures les 11 et 12 février 2023. Cet événement s’inscrit dans le programme annuel « Un ingénieur, un projet ».

0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments
Previous article

Vers un nouveau paradigme de management : Et si on tenait compte de l’homme ?

Latest articles from Mutations du Travail

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT.
logo-UP-menu150

Already registered? I'm connecting

Inscrivez-vous et lisez three articles for free. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Register for free to continue reading.

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT

You have received 3 free articles to discover UP'.

Enjoy unlimited access to our content!

From $1.99 per week only.
Share3
Tweet
Share
WhatsApp
Email