Cette poignée de milliardaires qui financent la destruction du climat

Cette poignée de milliardaires qui financent la destruction du climat

Start

Si l’on tient compte de leurs investissements, les personnes les plus riches du monde sont responsables d’un volume considérable d’émissions, selon un nouveau rapport. Elles sont responsables d’environ un million de fois plus d’émissions que vous ou moi. Le rapport, publié dimanche par Oxfam, révèle que les 125 personnes les plus riches du monde – dont les milliardaires américains Bill Gates, Jim Walton, Warren Buffett et Elon Musk – ont une empreinte carbone combinée à peu près équivalente à celle de la France entière.

De nombreux travaux universitaires ont été consacrés au calcul de la différence entre l’empreinte carbone personnelle des ultra-riches et celle du citoyen moyen, et les habitudes des super-riches augmentent certainement leurs émissions personnelles. Mais, selon un commentaire publié par Gizmodo, l’endroit où les milliardaires placent tout leur argent excédentaire est peut-être plus important que leurs jets privés ou leurs collections de voitures coûteuses. Des recherches antérieures ont montré que les investissements financiers des 1 % les plus riches du monde sont largement responsables de l’ampleur de leurs émissions globales, plutôt que de leur style de vie personnel – entre 50 et 70 % de leurs émissions, selon le rapport d’Oxfam. Ce nouveau rapport tient compte des investissements réalisés par les super riches du monde et de la manière dont ces investissements peuvent favoriser les industries polluantes et créer encore plus d’émissions.

« Les émissions liées au mode de vie des milliardaires – en raison de leur utilisation fréquente de jets privés et de yachts – sont des milliers de fois supérieures à celles d’une personne moyenne, ce qui est déjà totalement inacceptable », a déclaré Nafkote Dabi, responsable du changement climatique chez Oxfam, dans un statement. « Mais si l’on considère les émissions liées à leurs investissements, alors leurs émissions de carbone sont plus d’un million de fois supérieures. »

Pour calculer les émissions des puissants milliardaires, les chercheurs d’Oxfam ont d’abord dressé une liste des 220 personnes les plus riches du monde, puis ont identifié les sociétés dans lesquelles ces personnes détenaient des investissements d’au moins 10 %. (La détention d’une participation de 10 % dans une entreprise, telle que définie par la Commission américaine des valeurs mobilières et des changes, fait d’une personne un actionnaire principal de cette entreprise et lui confère une influence bien plus grande qu’un actionnaire normal sur les décisions et la direction générales de l’entreprise). À l’aide des données de la société de services financiers Exerica, Oxfam a ensuite calculé les émissions des champs d’application 1 et 2 (émissions directes liées aux opérations et émissions indirectes liées à l’énergie, au chauffage et à la climatisation) de ces sociétés, et a utilisé l’investissement de chaque milliardaire avec ces émissions globales pour déterminer la part de responsabilité de chacun.

Avec les chiffres dont ils disposaient, les chercheurs d’Oxfam ont pu déterminer que chaque milliardaire, sur une liste finale de 125, était responsable du financement d’environ 3,3 millions de tonnes d’émissions de CO2 en moyenne chaque année, grâce à leurs investissements surdimensionnés dans 183 entreprises mondiales. Un individu moyen, en France ou au Royaume-Uni dispose d’un revenu qui finance environ 25,4 tonnes d’émissions de CO2 chaque année ; les 10 % des personnes les plus pauvres du monde, quant à elles, ne produisent en moyenne que 3 tonnes (2,76 tonnes) de CO2 chaque année.

Cette évaluation présente des lacunes évidentes, dues au manque de transparence de certaines des plus grandes fortunes du monde sur leurs investissements, ainsi qu’à un manque de transparence similaire des entreprises sur leurs émissions. Les chiffres présentés ici sont donc certainement plus faibles que la réalité. De plus, certains milliardaires notables sont absents : Jeff Bezos, le fondateur d’Amazon, par exemple, ne figure pas sur la liste finale. Les partisans d’un capitalisme vert pour sauver la planète pourraient faire valoir que les investissements à forte intensité de carbone d’une personne comme Gates ou Musk méritent d’être replacés dans leur contexte, étant donné qu’une part importante de leur argent a été consacré à des solutions technologiques au changement climatique. Mais le rapport souligne que l’emballement du capitalisme et l’influence d’une minorité de puissants et de riches peuvent maintenir le monde sur la voie du désastre, alors même que le reste d’entre nous est de plus en plus touché – et que le fait de compter sur les riches et les puissants pour relancer l’action climatique est un jeu perdant.

Why not enjoy unlimited reading of UP'? Subscribe from €1.90 per week.

« Ces quelques milliardaires ont ensemble des ‘émissions d’investissement’ qui équivalent aux empreintes carbone de pays entiers comme la France, l’Égypte ou l’Argentine », fait observer Nafkote Dabi. « La responsabilité majeure et croissante des personnes fortunées dans les émissions globales est rarement discutée ou prise en compte dans l’élaboration des politiques climatiques. Il faut que cela change. Ces investisseurs milliardaires au sommet de la pyramide des entreprises ont une énorme responsabilité dans la dégradation du climat. Ils ont échappé à toute responsabilité pendant trop longtemps. »

Nous avons un message pour vous…

Dès sa création, il y a plus de dix ans,  nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit, en 2020, par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 300 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques. En septembre 2022, UP’ Magazine a adhéré à la Charte pour un journalisme à la hauteur de l’urgence écologique.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence écologique.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments
L'UNESCO alerte sur la disparition de glaciers inscrits au Patrimoine mondial d’ici 2050
Previous article

L'UNESCO alerte sur la disparition de glaciers inscrits au Patrimoine mondial d’ici 2050

COP27 : comme un goût amer de regret
Next article

COP27 : comme un goût amer de regret

Latest articles from Climate

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT.
logo-UP-menu150

Already registered? I'm connecting

Inscrivez-vous et lisez three articles for free. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Register for free to continue reading.

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT

You have received 3 free articles to discover UP'.

Enjoy unlimited access to our content!

From $1.99 per week only.
Share24
Tweet
Share
WhatsApp
Email