Une forêt tropicale microscopique fait fondre la calotte glaciaire du Groenland

Start

Lorsque Joseph Cook a atterri pour la première fois sur la calotte glaciaire du Groenland en 2010, il s’attendait à voir un environnement blanc immaculé. Ce qu’il a trouvé était un « patchwork coloré » – des noirs et des gris aux verts, violets et bruns, avec des ruisseaux de fonte bleu néon traversant la glace. « Jusqu’à récemment, les gens considéraient les glaciers et les calottes glaciaires … comme des endroits relativement sans vie », explique Cook, un glaciologue britannique. « Mais quand vous regardez au microscope, la calotte glaciaire du Groenland en particulier, et d’autres glaciers, se révèlent être une forêt tropicale gelée, pleine de biodiversité. "

Les teintes arc-en-ciel rencontrées par Cook sont créées par un éventail de minuscules formes de vie qui prospèrent à la surface de la calotte glaciaire. La biodiversité est généralement considérée comme une bonne chose, mais dans ce cas, la profusion de vie microbienne accélère la fonte des glaces et provoque probablement une élévation du niveau mondial de la mer plus rapidement que les scientifiques ne l’avaient prédit.

Les algues agissent comme un t-shirt noir

Presque trois fois la taille de la France, la calotte glaciaire du Groenland couvre environ 1,7 millions de km2. Vaste dépôt d’eau douce, elle est le plus grand contributeur à l’élévation mondiale du niveau de la mer et a le potentiel d’augmenter le niveau des océans jusqu’à sept mètres.

A study récente suggère que la fonte des glaces – accélérée par la crise climatique – a peut-être déjà atteint un point de non-retour.

Cook estime que les formes de vie microscopiques qu’il étudie contribuent au problème.

L’un de ces organismes est une algue qui pousse dans la fine couche d’eau à la surface de la glace. Elle produit un pigment brun-violet qui agit « comme un écran solaire naturel », explique Cook, protégeant les algues de toute la force de la lumière du soleil arctique. Le pigment fait également chauffer et fondre la glace.

Why not enjoy unlimited reading of UP'? Subscribe from €1.90 per week.

" Si vous sortez par une chaude journée avec un t-shirt noir, vous avez plus chaud que si vous sortez par une chaude journée avec un t-shirt blanc. La même chose se produit sur la glace », dit Cook. « Ces algues, comme le t-shirt noir du glacier, le font se réchauffer au soleil et fondre plus vite. "

Les recherches de Cook sur une partie de la calotte glaciaire du Groenland s’étendant sur 10 000 km2 ont révélé que les algues sont responsables jusqu’à 13% de la fonte des glaces. Dans certaines zones localisées, les algues ont accéléré la fonte jusqu’à 26%.

Des algues fleurissent autour d’un campement sur la calotte glaciaire du Groenland, où Joseph Cook était basé lors d’une expédition en 2016.

« Un cercle vicieux de rétroaction »

Les algues des glaciers ne sont pas un phénomène nouveau — il y en a des traces dans les journaux des explorateurs polaires des années 1870, dit Cook. Ce qui a changé, c’est le réchauffement climatique. Avec des températures plus élevées et des chutes de neige réduites, une plus grande surface de glace est exposée, ce qui permet aux algues de s’épanouir.

La propagation des algues stimule la fonte de la glace, libérant plus d’eau et de nutriments contenus dans la glace, ce qui à son tour favorise la croissance des algues — un processus que Cook décrit comme un «cercle vicieux de rétroaction».

Et ce n’est pas le seul cycle destructeur qui se déroule sur la glace. Un autre microbe — un type de bactérie trouvé à la surface des calottes glaciaires et des glaciers — colle ensemble les particules de poussière dans l’eau de fonte, formant une substance sombre, dense et semblable au sol appelée cryoconite. La glace sous la cryoconite fond, créant des fosses à la surface de la calotte glaciaire.

" Ce processus crée un écosystème, une niche sur la surface de la glace qui n’existerait pas autrement », explique Cook. Les trous de fusion attrapent plus de poussière, créant plus de cryoconite, ce qui entraîne une plus grande fonte de la glace.

Les trous de fonte causés par des bactéries constituent une autre menace pour la calotte glaciaire du Groenland. Le plus grand d’entre eux mesure environ 50 cm de diamètre.

De plus en plus de preuves d’une fonte rapide de la glace

Les recherches de Cook s’ajoutent à un nombre croissant de preuves que les taux de fonte de la calotte glaciaire ont été sous-estimés. Une recent paper utilisant des données satellitaires a révélé que les glaciers sont plus sensibles au réchauffement climatique qu’on ne le pensait auparavant. Elle a montré que la calotte glaciaire du Groenland fond sept fois plus vite maintenant que dans les années 1990.

Les estimations précédentes de l’élévation du niveau de la mer étaient peut-être trop faibles en partie en raison d’un manque d’informations sur le rôle des microbes qui aiment la glace, dit Cook.

Des prévisions précises sont essentielles, car même une petite élévation du niveau de la mer peut avoir un impact important – menaçant les côtes du Pacifique à Miami en passant par l’Inde. L’élévation du niveau de la mer pourrait coûter à l’économie mondiale 14.000 milliards de dollars en actifs perdus ou endommagés d’ici la fin du siècle et exposer jusqu’à 287 millions de personnes à des inondations côtières épisodiques.

Si nous voulons prendre de bonnes décisions sur la façon de gérer nos terres, nos infrastructures … et notre économie à l’avenir, nous devons avoir de bonnes projections de l’élévation du niveau de la mer et des risques associés au cours de la même période« , affirme Cook. Ce qui devient clair, c’est que les calottes glaciaires sont des environnements étonnamment dynamiques et complexes. « Il y a tellement de questions auxquelles répondre », dit Cook. « C’est un peu comme un parc à thème pour un scientifique parce qu’il y a tellement de choses à faire"

To fight against disinformation and to favour analyses that decipher the news, join the circle of UP' subscribers.


 

This article is published as part of CNN International's Call to Earth initiative in which UP' is a media partner. This initiative is designed to report on the environmental challenges facing our planet and the solutions.

Nous avons un message pour vous…

En octobre dernier nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 250 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence environnementale.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments
Macron déçoit la Convention citoyenne mais promet un référendum sur le climat
Previous article

Macron déçoit la Convention citoyenne mais annonce un référendum sur le climat

Les journalistes ont l’obligation morale de déclarer l’urgence climatique
Next article

Les journalistes ont l’obligation morale de déclarer l’urgence climatique

Latest articles from Climate

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT.
logo-UP-menu150

Already registered? I'm connecting

Inscrivez-vous et lisez three articles for free. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Register for free to continue reading.

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT

You have received 3 free articles to discover UP'.

Enjoy unlimited access to our content!

From $1.99 per week only.
Share453
Tweet
Share
WhatsApp
Email
Print